Aperçu espèce: Le monarque

Familiarisez-vous avec des espèces en péril de la ZICO Lac Deschênes. Cette semaine, Pleins feux sur les espèces présente le Monarque

Le papillon Monarque

Le papillon Monarque

Nom scientifique : Danaus plexippus
Statut LEP : Espèce préoccupante
Groupe taxinomique : Arthropodes
Taille : Envergure 8,6 – 10,5 cm

Le Monarque adulte est de couleur orange et noir et la bordure de ses ailes est tachetée de blanc. La chenille est rayée de noir, de blanc et de jaune et on peut la trouver sur les plantes d’asclépiade. La chrysalide est d’un vert et or caractéristique. Le Monarque ressemble beaucoup à un autre papillon plus petit, le Sylvain royal (Vice-roi), et on peut facilement les distinguer par l’absence chez ce dernier d’une bande noire sur l’aile supérieure qui s’étend en parallèle jusqu’à la bordure de l’aile.

Partez à la découverte du Monarque s’abreuvant de nectar de fleurs sauvages et des chenilles s’alimentant sur les plantes d’asclépiade. Vous pouvez les attirer dans votre jardin en y créant un habitat composé d’asclépiades et de fleurs productrices de nectar comme la Verge d’or, les asters et la marguerite jaune. Si l’expérience vous tente, vous trouverez sur le site Web de Nature Canada quelques conseils utiles (en anglais seulement) pour créer ce jardin. (http://www.naturecanada.ca/take_action_monarch_friendly_garden.asp).

Le chenille Monarque Photo: Shutterstock

Le chenille Monarque
Photo: Shutterstock

Le Monarque a beaucoup défrayé les manchettes dernièrement en raison de la baisse record de sa population enregistrée l’hiver dernier. Il était espéré qu’au printemps et à l’été, durant la période de reproduction, le nombre d’individus allait croître, mais un printemps froid et par conséquent une migration printanière tardive ont fait en sorte que peu de monarques ont pu être observés dans les aires de reproduction au nord. Cette année, la crainte est que leur nombre sera encore moins élevé que l’an dernier. Mais l’espoir demeure que l’an prochain il y aura un redressement, car cette espèce, comme la plupart des insectes, peut pondre une grande quantité d’œufs chaque année.

Où peut-on voir cette espèce?
Il y a deux populations de Monarques en Amérique du Nord : une à l’ouest des Rocheuses et l’autre à l’est des Rocheuses dont les individus fréquentent la Zone importante pour la conservation des oiseaux Lac Deschênes – Rivière des Outaouais. La population à l’ouest des Rocheuses vit aussi loin que le sud de la Colombie Britannique et elle passe l’hiver le long de la côte californienne. La population à l’est des Rocheuses est celle qui migre dans les forêts de pins Oyamel au Mexique. Le Monarque peut aussi être observé en Amérique centrale et en Amérique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Hawaii et dans plusieurs autres îles de l’Atlantique et du Pacifique. On peut apercevoir le Monarque dans les environs du Lac Deschênes surtout à la fin du printemps et jusqu’au début de l’automne.

Le saviez-vous?
• La larve avale des toxines provenant de l’asclépiade ce qui la rend vénéneuse pour les prédateurs. Les toxines restent dans son corps pendant qu’elle se transforme en adulte lequel à son tour en est porteur.
• Avant leur migration vers le Sud, les Monarques se rassemblent en grand nombre le long des rives canadiennes des lacs Ontario et Érié et se préparent à traverser les eaux.
• Des quatre ou cinq générations qui émergent chaque année, la génération qui hiverne est celle qui vit le plus longtemps. Ses individus peuvent vivre sept ou huit mois. Ce sont eux qui après avoir migré de leurs aires de reproduction vers leurs aires d’hivernage au Mexique, remontent vers le Nord encore une fois au printemps. Les générations qui émergent au printemps et à l’été ne vivent que deux mois.

Consultez ce blogue chaque semaine pour connaître l’une des espèces à risque que vous pouvez observer au Lac Deschênes. Signalez des observations du papillon Monarque ou d’autres espèces rares au Service canadien de la faune en composant le 819.997.2800 ou sur le site Web du Centre d’information sur le patrimoine naturel du Ministère des Richesses naturelles. N’oubliez pas d’inclure une photo et le lieu!

cette initiative est financee par