Aperçu espèce : l’Hibou des marais

Familiarisez-vous avec quelques espèces en péril de la ZICO Lac Deschênes. Aujourd’hui, pleins feux sur le Hibou des marais.

Photographer Wildaboutburnley

Photographer Wildaboutburnley

Nom scientifique : Asio flammeus
Statut LEP : Préoccupant
Classification taxinomique : Oiseaux
Poids et mesures : Poids entre 206-475 g; taille moyenne entre 33-43 cm; envergure entre 105-107 cm.

Le Hibou des marais se distingue par son schème de vol où les battements d’ailes s’entrecoupent de lentes glissades et par ses yeux au contour noir qui lui donne l’apparence de porter du mascara. On le trouve dans les marais, les plaines et la toundra. Grâce à la couleur de son plumage, le Hibou des marais peut se camoufler facilement dans ses habitats naturels, néanmoins, lorsqu’il se sent menacé, il fait le mort afin de décourager de possibles prédateurs.

Alors que ces oiseaux mettent tout en œuvre pour échapper à leurs prédateurs, ils sont prêts à aller encore plus loin pour chasser les campagnols, leur proie préférée. Lorsqu’une population de campagnols décline, le Hibou des marais n’hésite pas à se déplacer pour dénicher des populations plus denses. De plus, pour ne pas rater sa proie, il la survole longtemps avant de fondre sur elle.

En raison des nombreux marais qui ont été asséchés pour faire place au développement urbain et de la disparition des prairies au profit des pratiques agricoles, les populations de Hiboux des marais déclinent de plus en plus du fait de la perte de leurs habitats naturels. Par ailleurs, le nombre de collisions mortelles entre d’innombrables oiseaux de cette espèce et des véhicules – autos, avions – augmentent au fil des ans et nuisent considérablement à l’ensemble des populations.

Où peut-on aussi observer cette espèce?
De nature nomade, le Hibou des marais est en perpétuels déplacements. Toutefois, on peut l’apercevoir dans les Vieux pays, les Amériques, les Îles Hawaï, l’Islande et les Îles Galápagos. En Ontario, on peut souvent les observer dans les espaces découverts des régions du sud.

Le saviez-vous?

•    Le Hibou des marais niche sur le sol contrairement à la plupart des hiboux.
•    En raison de leur vulnérabilité, les oisillons commencent à quitter le nid 12 jours après l’éclosion pour échapper à leurs prédateurs.
•    Pour attirer une compagne, le mâle exécute des performances aériennes spectaculaires – il peut voler jusqu’à 122 m dans les airs!

Consultez ce blogue chaque semaine pour connaître l’une des espèces à risque que l’on peut observer au Lac Deschênes. Vous pouvez signaler des observations de cette espèce, ou d’autres espèces rares, au Service canadien de la faune en composant le 819.997.2800 ou via le site Web du Centre d’information du Ministère des Richesses naturelles. Une photo et le lieu de l’observation seraient fort utiles!

Nous tenons à remercier notre blogueur invité Stephen Lee pour sa contribution à cette diffusion. Stephen est étudiant au Baccalauréat International et l’écologie et le développement durable le passionnent.

cette initiative est financee par