Aperçu espèce: Faucon pelerin

Familiarisez-vous avec des espèces en péril de la ZICO Lac Deschênes. Cette semaine, Pleins feux sur les espèces présente le Faucon pèlerin

le Faucon pèlerin Jen St. Louis

le Faucon pèlerin
Jen St. Louis

Nom scientifique : Falco perefrinus
Statut LEP : Espèce préoccupante Ontario : Espèce préoccupante Québec : Espèce en danger
Groupe taxinomique : Oiseaux
Taille : Envergure de 100 cm

On dit souvent du Faucon pèlerin qu’il est l’oiseau le plus rapide au monde. Il voyage à une vitesse de 40-55 km/h, et peut atteindre jusqu’à 112 km/h lorsqu’il est à la poursuite d’une proie. Il a une façon spéciale voler en piqué à partir de hauteurs de plus d’un kilomètre et de déployer ses ailes. Il peut atteindre des vitesses de 300 km/h alors qu’il plonge! Grâce à sa vitesse et à sa manœuvrabilité en plein vol, le Faucon pèlerin est capable d’attraper un oiseau dans les airs ou de fondre sur une proie au milieu d’une colonie.

Pour apercevoir un Faucon pèlerin, vous devez regarder vers le ciel, car il aime se percher en hauteur. Vous le verrez au haut des gratte-ciel, des tours de télécommunications et autres structures urbaines en hauteur d’où il surveille son territoire à la recherche d’une proie.

Il est facilement identifiable à sa tête noire qui lui donne l’air de porter un casque. Ses pattes sont d’un jaune éclatant, ses serres sont acérées et son bec est recourbé comme celui des oiseaux de proie. Une autre caractéristique de cet oiseau est la large rayure verticale noir foncé – rayure malaire – qu’il a sur chacune de ses joues.

Entre 1950 et 1970, le Faucon pèlerin a connu un sérieux déclin de ses populations en raison d’empoisonnement dû au produit chimique DDT. C’est la quasi disparition du Faucon pèlerin à l’état sauvage qui a poussé les protecteurs de l’environnement à agir. Le Faucon pèlerin a alors été déclaré espèce en voie de disparition et d’immenses efforts ont permis le redressement de ses populations sauvages au point où la plupart sont actuellement stables ou en croissance. Aujourd’hui, le Faucon pèlerin est toujours menacé par la perte et la destruction de son habitat, la perturbation et la persécution de la part des gens, et l’empoisonnement dû aux contaminants environnementaux.

Où peut-on observer cette espèce?
Le Faucon pèlerin est l’un des oiseaux les plus répandus dans le monde et on le trouve dans tous les continents sauf l’Antarctique. Il niche sur des falaises escarpées ou des édifices en hauteur dans les zones urbaines. Ces oiseaux voyagent jusqu’en Amérique du Sud pour y passer l’hiver. Deux couples nichent actuellement dans le centre-ville d’Ottawa et des individus de cette espèce sont souvent repérés le long de la rivière des Outaouais.

Le saviez-vous?
• Comme la plupart des rapaces, la femelle est plus grosse que le mâle.
• Pèlerin signifie « voyageur », ce qui convient très bien à cette espèce dont les populations passent l’été dans la toundra et l’hiver en Amérique du Sud! Ce voyage est de 25 000 km et constitue l’une des migrations les plus longues pour un oiseau nord-américain.
• L’organisation Ottawa Peregrine Falcon Watch (http://falconwatch.ca/) est dédiée à la protection et au rétablissement du Faucon pèlerin. Des bénévoles surveillent la nidification des Faucons pèlerins et aident les jeunes oiseaux qui apprennent à voler dans un milieu urbain truffé de dangers. Jetez un coup d’œil à leur site Web pour en savoir plus et pour vous joindre à l’équipe de bénévoles!

Consultez ce blogue chaque semaine pour connaître une espèce à risque que vous pouvez observer au Lac Deschênes. Signalez vos observations du Faucon pèlerin ou d’autres espèces rares au Service canadien de la faune en composant le 819.997.2800 ou sur le site Web du Centre d’information sur le patrimoine naturel du Ministère des Richesses naturelles. N’oubliez pas d’inclure une photo et le lieu de l’observation!

cette initiative est financee par