1-800-267-4088 info@naturecanada.ca English
  Get the latest nature news! 
 

Les six étapes visant à préserver la nature dans les parcs nationaux

Nature Canada / Ce qu’on fait / VoixNature / Parcs et zones protégées / Les six étapes visant à préserver la nature dans les parcs nationaux
L’île de Bathurst; Photo de Ross Glenfield

Étape 1. Identifier les aires naturelles représentatives
Parcs Canada continue à identifier les parcs nationaux potentiels, appelés aires naturelles représentatives, dans les régions naturelles non représentées. Chacun doit démontrer les diverses « thèmes » ou caractéristiques géologiques, géographiques et biologiques de la région naturelle, et avoir connu très peu de modification humaine. Beaucoup de ces aires ont été identifiées à la fin des années 1970 et sont au centre des efforts actuels visant à établir de nouveaux parcs nationaux. Par exemple, les plans de nouveaux parcs nationaux au Labrador se concentrent sur les Torngat Mountains et Mealy Mountains, identifiés dans les années 1970 en tant qu’aires naturelles représentatives.

Étape 2. Sélectionner un parc national potentiel
Un parc national potentiel – une sorte de «meilleure option» – est choisi parmi la liste des aires naturelles représentatives. Il doit comprendre des unités écologiques dont la protection à long terme est possible, avoir un potentiel d’utilisation pour les visiteurs et engendrer un minimum de perturbations à long terme pour la vie sociale et économique de la région.

Étape 3. Évaluer la faisabilité du parc proposé
Le site du parc national potentiel devient l’objet d’une étude de faisabilité, qui implique d’autres gouvernements, des peuples autochtones et des communautés locales qui pourraient profiter du parc. La consultation publique permet de déterminer le degré de soutien local, régional et national, et les conséquences sociales et économiques du parc. À ce stade, une carte des limites proposées du parc est diffusée, et Parcs Canada réclame l’aide publique pour le site. Si les résultats sont positifs, des négociations en vue d’une entente officielle peuvent être amorcées.

Étape 4. Assurer une protection provisoire pour le parc proposé
Durant l’analyse de faisabilité, les gouvernements peuvent accorder des mesures temporaires de protection pour le parc proposé contre l’exploitation forestière, le jalonnement minier ou d’autres développements qui pourraient compromettre les valeurs naturelles de la région. Les mesures de protection provisoires empêchent les développeurs industriels de s’approprier de la région et minimisent les coûts de mise en place d’un parc en éliminant toute nécessité de compenser ces sociétés au cas où une proposition de parc serait approuvée.

Étape 5. Négocier une entente finale pour le parc proposé
Si toutes les parties sont d’accord pour créer un parc national, ils commencent les négociations officielles d’un accord qui définit les modalités et les conditions dans lesquelles l’espace naturel en question sera désigné un parc national. Lorsque de nouveaux parcs nationaux sont proposés dans les zones où les populations locales dépendent traditionnellement des ressources de la terre pour leur subsistance, un accord de parc peut prévoir la continuation des activités de récolte. L’exploration et l’extraction commerciale ou l’exploitation des ressources naturelles doit être terminée avant que le parc soit officiellement créé.

Étape 6. Instaurer un nouveau parc national dans le système législatif
La dernière étape consiste en l’approbation officielle du Parlement quant à la création d’un nouveau parc national par l’établissement des limites dans la Loi sur les parcs nationaux. Cela ne peut se faire que si l’exploitation forestière et minière sont terminées et les sols en surface et sous la surface sont transférés à la Couronne fédérale. Dans les zones touchées par des règlements liés à des revendications territoriales, ou lorsque des négociations en matière de revendications territoriales sont en cours avec les peuples autochtones, les limites définitives ainsi que les droits d’exploitation et la participation des peuples autochtones dans la gestion du parc seront établies selon les termes d’un accord de revendication territoriale.

Retour en haut