Sign up for email updates! 
 

AGM 2008

This page has been archived.

The content here may be out of date and may no longer be relevant to what you were searching for. Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving.

The 2008 Annual General Meeting of Nature Canada was held on November 15, 2008 in Ottawa, Ontario.

Nature Canada Board of Directors

The following individuals were elected as returning or new directors to the Board.

  • Mark Dorfman
  • Louise Gratton
  • Ken Thorpe
  • Anne Murray
  • Peter Lee
  • Doug Schmeiser
  • Cliff Wallis
  • Peter Stockdale
  • Carol Scott
  • Richard Yank

Nature Canada Awards

Nature Canada is proud to celebrate the achievements of the following recipients of  the Nature Canada Awards.

  • Harvey Mead, recipient of the Douglas H. Pimlott Award
  • Barbara MacDuff, recipient of the Conservation Partner Award

Nature Canada Resolutions

The following resolutions were adopted at the 2008 AGM.

Resolution 2008-1: Identifying Critical Habitat for Recovery under the Federal Species at Risk Act

WHEREAS, the federal Species at Risk Act (SARA) was enacted by Parliament on December 12, 2002 and was declared in force on June 5, 2003; WHEREAS, the purposes of this Act are to “prevent wildlife species from becoming extirpated or extinct, to provide for the recovery of wildlife species that are extirpated, endangered or threatened as a result of human activity and to manage species of special concern to prevent them from becoming endangered or threatened.” WHEREAS, identifying critical habitat in recovery strategies for threatened and endangered species is required under SARA and is the starting point for ensuring the habitat can be effectively protected for the recovery of the species; WHEREAS, the recovery strategies that have been adopted rarely identify critical habitat, despite the existence of sufficient scientific information to do so. As of June 2007, critical habitat had been identified for 16 of the 228 species at risk for which recovery strategies were due; WHEREAS, Nature Canada in conjunction with some provincial affiliates and other conservation organizations has challenged the federal government through the recovery planning public consultation process and by taking legal action (or supporting other organizations in doing so) when, without scientific justification, critical habitat is absent from recovery strategies for threatened and endangered birds; WHEREAS, recovery strategies for many species are still due and a large majority have been delayed;THEREFORE BE IT RESOLVED, that Nature Canada calls on the federal government to identify critical habitat to the extent possible based on existing scientific information, as required by SARA, in all forthcoming and delayed recovery strategies and to thereby amend those that have been finalized without identifying critical habitat; THEREFORE BE IT RESOLVED, that in particular, Nature Canada calls on the federal government to complete or amend recovery strategies for Greater Sage Grouse, Prothonotary Warbler, Burrowing Owl, Whooping Crane, Piping Plover circumcinctus, Henslow’s Sparrow, and the other 16 bird species for which recovery strategies have been delayed as of March 4, 2008, and include identification of critical habitat to the extent possible with existing scientific information; THEREFORE BE IT RESOLVED, Nature Canada calls on the Minister of the Environment to ensure the department is adequately staffed, resourced and trained to ensure implementation of recovery planning that identifies critical habitat to the extent possible based on existing scientific information, as required by SARA, within the statutory deadlines.

Résolution 2008-1: Identifier les habitats essentiels au rétablissement des espèces en vertu de la Loi sur les espèces en péril

ATTENDU que la Loi (fédérale) sur les espèces en péril a été adoptée par le Parlement le 12 décembre 2002 et est entrée en vigueur le 5 juin 2003;ATTENDU que cette loi vise à « prévenir la disparition des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l’activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu’elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées ».ATTENDU qu’identifier les habitats essentiels dans le cadre des programmes de rétablissement des espèces menacées ou en voie de disparition est une exigence de la Loi sur les espèces en péril en plus d’être le point de départ pour s’assurer de pouvoir protéger efficacement les habitats en vue du rétablissement des espèces; ATTENDU que les programmes de rétablissement qui ont été adoptés identifient rarement les habitats essentiels, malgré l’existence d’une information scientifique suffisante à cet effet. Au mois de juin 2007, l’habitat essentiel avait été déterminé pour 16 des 228 espèces en péril pour lesquelles des programmes de rétablissement devaient avoir été élaborés; ATTENDU que Nature Canada, conjointement avec certains de ses groupes provinciaux affiliés et d’autres organismes de conservation, a contesté le gouvernement fédéral par l’entremise du processus de consultation publique sur le plan de rétablissement et en s’adressant aux tribunaux (ou en soutenant d’autres organismes dans une telle démarche) dans les cas où, sans justification scientifique, l’habitat est absent du programme de rétablissement de certaines espèces d’oiseaux menacés et en voie de disparition;ATTENDU que les programmes de rétablissement pour de nombreuses espèces n’ont toujours pas été élaborés et qu’une grande majorité ont été retardés; EN CONSÉQUENCE, IL EST RÉSOLU que Nature Canada demande au gouvernement fédéral d’identifier les habitats essentiels, dans la mesure du possible à partir de l’information scientifique existante, comme l’exige la Loi sur les espèces en péril, dans tous les programmes de rétablissement à venir et retardés et de modifier de la même façon ceux qui ont été finalisés sans que l’habitat critique ait été identifié; IL EST ÉGALEMENT RÉSOLU en particulier, que Nature Canada demande au gouvernement fédéral de compléter ou de modifier les programmes de rétablissement du Tétras des armoises, de la Paruline orangée, de la Chevêche des terriers, de la Grue blanche, du Pluvier siffleur (sous-espèce circumcinctus), du Bruant de Henslow et de seize autres espèces d’oiseaux pour lesquelles les programmes de rétablissement ont été retardés en date du 4 mars 2008, et d’inclure l’ identification des habitats essentiels, dans la mesure du possible à partir de l’information scientifique existante; IL EST ÉGALEMENT RÉSOLU que Nature Canada demande au ministre de l’Environnement de s’assurer que ce ministère est suffisamment doté, financé et formé pour assurer la mise en œuvre d’un plan de rétablissement qui identifie les habitats essentiels, dans la mesure du possible à partir de l’information scientifique existante, comme l’exige laLoi sur les espèces en péril, dans les délais prévus.

Resolution 2008-2: Adequate Environment Canada Funing for Wildlife Research and Conservation

WHEREASEnvironment Canada’s mandate includes establishing and maintaining a protected areas network that includes National Wildlife Areas and Migratory Bird Sanctuaries, monitoring plant and animal populations and conducting research to support the conservation of common and endangered species;WHEREASthe budgets of two key wildlife monitoring programs, the Migratory Bird Program and the Environmental Monitoring and Assessment Network, have been severely reduced, and a service budget freeze at the Canadian Wildlife Service effectively halted all scientific field and survey work there in the latter part of 2007;WHEREASmonitoring plant and animal populations, especially birds, is a proven method for recognizing the effects of climate change, and forecasting what’s to come for humans;WHEREASCanada’s wildlife programs and services help in the struggle to mitigate or adapt to global warming;WHEREASprotected areas regulate climate and hydrologic cycles, protect watersheds and assist in maintaining water quality;WHEREASCanadians have recognized that global warming is the most profound issue facing us today;WHEREASCanada’s common and endangered wildlife faces a bleak future without Canada’s wildlife programs and services;WHEREASCanada’s wildlife research and conservation programs contribute significantly to meeting Canada’s commitments under international agreements, including the UN Convention on Biodiversity, the UN Framework Convention on Climate Change and the Migratory Birds Convention; THEREFORE BE IT RESOLVEDthat Nature Canada urges the Prime Minister, the Finance Minister, and the federal cabinet to make a staged multi-year strategic reinvestment for a fully funded, fully supported Environment Canada and Canadian Wildlife Service to enable it to effectively: ensure healthy populations of migratory birds; establish and maintain a protected areas network from coast to coast; monitor and protect endangered wildlife; provide realistic solutions to slow or adapt to climate change; maintain the quality of our air and water; protect native ecosystems from invasive species; and keep our international commitments  on biodiversity conservation and climate change.

Résolution 2008-2: Financement Adéquat à Environment Canada pour la Recherche sur la Faune et la Conservation

ATTENDU que le mandat d’Environnement Canada inclut l’établissement et le maintien d’un réseau d’aires protégées comprenant des réserves nationales de faune et des refuges d’oiseaux migrateurs, la surveillance des populations végétales et animales et la réalisation de recherches afin de soutenir la conservation des espèces communes et menacées;ATTENDU que les budgets de deux importants programmes de surveillance des espèces sauvages, le Programme des oiseaux migrateurs et le Réseau d’évaluation et de surveillance écologiques, ont subi une sévère réduction et qu’un gel du budget des services au Service canadien de la faune y a effectivement entraîné l’interruption de tout le travail scientifique de terrain et d’enquête dans la dernière partie de 2007; ATTENDU que la surveillance des populations végétales et animales, notamment les oiseaux, est une méthode éprouvée pour observer les effets des changements climatiques et pour prévoir la situation à venir pour les êtres humains; ATTENDU que les programmes et les services fauniques du Canada contribuent à la lutte pour atténuer le réchauffement planétaire ou s’y adapter; ATTENDU que les aires protégées contribuent à la régulation du climat et des cycles hydrologiques, à la protection des bassins hydrographiques et au maintien de la qualité de l’eau; ATTENDU que les Canadiens ont reconnu que le réchauffement planétaire est le problème le plus profond auquel nous sommes actuellement confrontés; ATTENDU que les espèces sauvages communes et menacées du Canada font face à des perspectives d’avenir peu encourageantes sans les programmes et les services fauniques du Canada;ATTENDU que les programmes de recherche et de conservation fauniques du Canada contribuent considérablement à permettre au Canada de respecter ses engagements en vertu d’accords internationaux tels que la Convention sur la biodiversité des Nations Unies, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et la Convention concernant les oiseaux migrateurs; EN CONSÉQUENCE, IL EST RÉSOLUque Nature Canada demande instamment au Premier ministre, au ministre des Finances et au Cabinet fédéral de procéder à un réinvestissement stratégique échelonné sur plusieurs années pour financer et soutenir véritablement Environnement Canada et le Service canadien de la faune afin qu’ils puissent efficacement : assurer la santé des populations d’oiseaux migrateurs; établir et maintenir un réseau d’aires protégées d’un océan à l’autre; surveiller et protéger les espèces sauvages menacées; offrir des solutions réalistes en vue de ralentir les changements climatiques ou de s’y adapter; maintenir la qualité de notre air et de notre eau; protéger les écosystèmes indigènes contres les espèces envahissantes; et tenir nos engagements internationaux sur la conservation de la biodiversité et les changements climatiques.

Resolution 2008-3: Protecting Migratory Birds in Canada

WHEREAS birds are a fundamental part of the biosphere and its biodiversity, and humans have the fundamental right to inherit biodiversity on earth; WHEREAS twenty-five percent of the 350 species of birds that occur regularly in Canada are in decline or are otherwise of concern and keeping common birds common is a much more effective strategy than addressing their declines through the onerous and expensive auspices of Species at Risk programs; WHEREAS climate change and other broad scale stressors are causing significant changes to landscapes and species, particularly birds, which need to be understood in order to try to develop adequate adaptation strategies; WHEREAS monitoring birds is crucial for bird conservation while it is also a cost effective tool to monitor climate change and the health of our entire environment; WHEREAS in Canada, approximately 597 globally and nationally significant Important Bird Areas have been identified and reported to Birdlife International. Canada needs to develop a monitoring framework to assess the ecological integrity of these sites and to design strategies for protection where these are found to be wanting; WHEREAS in 1916, the governments of the United Kingdom, on behalf of Canada, and the United States signed the Migratory Birds Convention to “protect birds that traverse parts of Canada and the US in the course of their annual migration” and Canada passed the Migratory Birds Convention Act (MBCA) in 1917 in order to implement the 1916 Convention; WHEREAS the federal government’s recognized migratory bird responsibilities and accountabilities derive from the MBC and the MBCA;WHEREAS the federal government is accountable to Canadians for reporting on the status and trends of the migratory birds that it is charged with protecting; WHEREAS the federal government has responsibilities to ensure adequate environmental assessments for proposed developments that fall within its jurisdictions (including impacts on birds), it sets the hunting seasons for migratory game birds and it faces a difficult policy and regulatory issue centered around the incidental take of migratory birds arising from forestry, agriculture and other industries; WHEREAS Canada’s commitment to migratory bird science and conservation has been eroding over the past 30 years, notwithstanding some notable exceptions (investments in the North American Waterfowl Management Plan which helped lead to the continent’s largest combined conservation effort, and in birds at risk through the Species At Risk Act); WHEREAS a fundamental underpinning of migratory bird conservation is monitoring and research. Monitoring tracks changes in abundance and distribution of bird species and research is often required to understand which stressors are affecting the populations, to design possible solutions and to help predict the future of bird populations; WHEREAS insufficient monitoring and research have direct detrimental implications for conservation actions on the ground and for the government’s ability to enforce laws and regulations that protect migratory birds and their habitat; WHEREAS there exist broad coalitions of willing partners, with mature plans, to help advance migratory bird conservation (e.g. example is the North American Bird Conservation Initiative), as well as tens of thousands of Canadians interested in actively supporting bird conservation through private funds and countless thousands of volunteer hours; WHEREAS Canada shares its species with many other nations, it has an important leadership role in conservation efforts abroad and is in a position to play a much more important role in monitoring, research, conservation planning and capacity building;THEREFORE BE IT RESOLVED that Nature Canada calls on the Ministers of the Environment and of Finance to invest an additional $150 million over 5 years in migratory bird conservation through programs managed by Environment Canada and by its partners, who contribute complementary skills, resources and opportunities; and to maintain the program beyond that point at $35 million above current values. BE IT THEREFORE FURTHER RESOLVED that Nature Canada calls on the federal government to:

  • Incorporate bird conservation programs into all policies, programs and actions affecting nature in Canada, for terrestrial, freshwater and marine areas;
  • Ensure enhanced monitoring and research to support its responsibilities related to environmental assessment, hunted species and protection of migratory birds, their nests and their habitat;
  • Capitalize on the existence of broad coalitions of willing partners, and volunteers; and,
  • Incorporate enhanced international cooperation for monitoring, research, conservation planning and capacity building, as a central element to a responsible Migratory Bird Program.

Résolution 2008-3: Protéger les Oiseaux Migrateurs au Canada

ATTENDU que les oiseaux sont un élément à part entière de la biosphère et de sa biodiversité et que les êtres humains ont le droit fondamental d’hériter la biodiversité sur la terre; ATTENDU que vingt-cinq pour cent des 350 espèces d’oiseaux qui fréquentent régulièrement le Canada sont en déclin ou en proie à d’autres problèmes et que conserver l’abondance de nos espèces communes constitue une stratégie beaucoup plus efficace que de lutter contre leur déclin dans le cadre des coûteux et onéreux programmes pour la protection des espèces en péril; ATTENDU que le changement climatique et d’autres agents stressants font subir des changements considérables aux paysages et aux espèces, notamment aux oiseaux, ces changements devant être compris pour que l’on puisse tenter d’élaborer des stratégies d’adaptation; ATTENDU que l’observation des oiseaux est d’une importance capitale pour la conservation des oiseaux tout en étant un outil peu coûteux permettant de surveiller les changements du climat et la santé de notre environnement dans son ensemble; ATTENDU que, au Canada, on a identifié et signalé à Birdlife International environ 597 aires de nidification importantes du point de vue mondial ou national. Le Canada doit élaborer un cadre de surveillance afin d’évaluer l’intégrité écologique de ces sites et de mettre au point des stratégies de protection là où elles apparaissent nécessaires; ATTENDUque, en 1916, le gouvernement du Royaume Uni, au nom du Canada, et celui des États-Unis ont signé la Convention concernant les oiseaux migrateurs (COM) afin de « protéger les oiseaux qui traversent des régions du Canada et des États-Unis au cours de leur migration annuelle » et que le Canada a adopté, in 1917, la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs (LCOM) afin de mettre en œuvre la Convention de 1916;ATTENDU que les obligations de rendre compte et les responsabilités reconnues du gouvernement fédéral à l’égard des oiseaux migrateurs découlent de la COM et de la COM; ATTENDU que le gouvernement fédéral est responsable devant les Canadiens de faire rapport sur la situation et les tendances des espèces d’oiseaux migrateurs qu’il est chargé de protéger; ATTENDU que le gouvernement fédéral a la responsabilité de s’assurer que des évaluations environnementales adéquates sont menées à l’égard des projets de développement qui relèvent de ses compétences (notamment quant à leur impact sur les oiseaux), qu’il fixe les saisons de chasse à la sauvagine et qu’il fait face à une difficile question stratégique et réglementaire ayant trait aux prises accidentelles d’oiseaux découlant de l’activité des industries forestière, agricole et autres; ATTENDU que l’engagement du Canada à l’égard de l’étude scientifique et de la conservation des oiseaux migrateurs s’est érodé au cours des trente dernières années, malgré certaines exceptions notables (investissements dans le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, qui ont permis de mener aux plus importants efforts de conservation conjoints jamais consentis sur le continent, et dans la protection des espèces d’oiseaux en péril grâce à la Loi sur les espèces en péril); ATTENDU qu’une base fondamentale de la conservation des oiseaux migrateurs est l’observation et la recherche. L’observation permet de suivre les changements quant à l’abondance et à la distribution des espèces, alors que la recherche est souvent mise à profit pour comprendre quels agents stressants affectent les populations, pour élaborer des solutions possibles et pour aider à prédire l’évolution des populations d’oiseaux; ATTENDU qu’il existe de grandes coalitions de partenaires de bonne volonté, qui disposent de plans ayant fait leurs preuves, qui peuvent aider à faire avancer la conservation des oiseaux migrateurs (par exemple, l’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord), de même que des dizaines de milliers de Canadiens qui souhaitent soutenir activement la conservation des oiseaux en contribuant à des fonds privés et en offrant d’innombrables heures de bénévolat; ATTENDU enfin, que le Canada partage les espèces d’oiseaux qu’il reçoit sur son territoire avec de nombreux autres pays, il a un important rôle de leadership dans les efforts de conservation dans les pays étrangers et il est en mesure de jouer un rôle beaucoup plus important en matière d’observation, de recherche, de planification de la conservation et de renforcement des capacités de conservation;

EN CONSÉQUENCE, IL EST RÉSOLU que Nature Canada demande aux ministres de l’Environnement et des Finances d’investir un montant additionnel de 150 millions de dollars sur cinq ans pour la conservation des oiseaux migrateurs par l’entremise de programmes gérés par Environnement Canada et ses partenaires, qui fournissent des compétences, des ressources et des perspectives complémentaires; et de maintenir ensuite le financement du programme à 35 millions de dollars au-dessus des valeurs actuelles. IL EST ÉGALEMENT RÉSOLU que Nature Canada demande au gouvernement fédéral :

  • D’intégrer des programmes de conservation des oiseaux dans toutes les politiques, tous les programmes et toutes les mesures susceptibles d’avoir des répercussions sur la nature au Canada, en zones sèches, en zones d’eau douce ou en zones marines;
  • D’améliorer l’observation et la recherche pour appuyer ses responsabilités en matière d’évaluation environnementale, d’espèces chassées et de protection des oiseaux migrateurs, ainsi que de leurs nids et de leur habitat;
  • De tirer profit de l’existence de grandes coalitions de partenaires de bonne volonté et de bénévoles;
  • D’intégrer une meilleure coopération internationale en matière d’observation, de recherche, de plan de conservation et de renforcement des capacités, comme élément central d’un Programme des oiseaux migrateurs responsable.

Resolution 2008-4: Banning of Lead in Ammunition, Fishing Weights
and Sinkers in Canada.

WHEREAS according to federal government Acts and regulations, and a January 2007 response by Environment Minister John Baird to a petition from Kevin Sinclair of Abbotsford BC, lead shot is banned for use ONLY:
a) in the hunting of migratory game birds (except doves and woodcocks); and
b) all hunting in National Parks and National Wildlife Areas;

WHEREAS it is legal in Canada to use lead in shotguns and in other shells, including .22’s, for upland game birds and anywhere and everywhere else;WHEREAS lead sinkers & jigs have been banned only in National Parks and Wildlife Areas and only those weighing less than 50gm, but the government has yet to address all other lead sinker & jig use; WHEREASthe Canadian Wildlife Service confirmed a statement in the petition mentioned above to the effect “that not only is it legal to use toxic lead shot for all other types of upland game hunting and shooting activities, which creates immeasurable contamination and mortality problems of its own, but that an unknown percentage of hunters continue to use lead shot in areas where it is restricted by law with little or no chance of being caught or punished.”  The penalties for these violations are fines of only $200-$300 maximum; WHEREAS “Lead poisoning has been reported in at least 37 species of birds other than waterfowl,’ reports Vernon Thomas (Department of Zoology, College of Biological Science, University of Guelph, Guelph, ON). “Lead shot deposited in fields and woodlands near shooting ranges and intense, upland, hunting adds an enormous tonnage of lead to environments, worldwide. This contamination is not remedied by banning lead shot use only for waterfowl hunting. Lead pellets disintegrate extremely slowly, during which time they may be ingested from the soil by wild birds, livestock, or silage-making machinery, and cause sub-lethal or fatal lead poisoning. Lead pellet corrosion products contaminate soil, surface waters, and ground waters, often exceeding permissible levels.” WHEREAS government is cognizant of the enormous problems caused by lead, beyond waterfowl poisoning, and is also aware that the solutions with respect to ammunition, fishing weights and sinkers are simple; AND WHEREAS, unless required by law, manufacturers, retailers and recreationists will not generally reduce lead content in fishing sinkers and jigs. As Dr Thomas has stated: “The ethical approach of Denmark and The Netherlands, which banned all uses of lead shot, is advocated as a precedent for other nations to adopt.”

THEREFORE BE IT RESOLVED that Nature Canada calls on the federal government to:

  • Immediately pass legislation banning the use of lead at any level of concentration in the manufacture and sale of all ammunition and fishing weights and sinkers; and
  • Immediately pass legislation initiating a Canada-wide prohibition on the use of ammunition and fishing weights and sinkers that contain any lead.

BE IT THEREFORE FURTHER RESOLVED that Nature Canada and the Canadian Nature Network urge its affiliates and members to advocate for support of this resolution in their areas regarding the banning of lead ammunition and fishing weights and sinkers.

Résolution 2008-4: Interdire l’Utilisation du Plomb dans les Munitions, les Turluttes et les Plombs de Pêche au Canada

ATTENDU qu’en vertu des lois et règlements du gouvernement fédéral et selon la réponse donnée en janvier 2007 par le ministre de l’Environnement John Baird à une pétition de Kevin Sinclair d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, l’utilisation du plomb est interdite SEULEMENT :
a) pour la chasse aux oiseaux migrateurs considérés comme gibier (à l’exception des pigeons et des bécasses);
b) pour toute chasse dans les parcs nationaux et les réserves nationales de faune;

ATTENDU qu’il est légal au Canada d’utiliser le plomb dans les munitions des fusils de chasse et dans d’autres types de cartouches, telles que les cartouches de calibre .22, pour la chasse au gibier à plumes des milieux secs et partout ailleurs; ATTENDU que les plombs et les turluttes (jigs) ont été interdits seulement dans les parcs nationaux et les réserves nationales de faune et seulement lorsque leur poids est inférieur à 50 g, mais que le gouvernement n’a rien fait encore pour contrer l’utilisation de tous les autres plombs et turluttes; ATTENDU que le Service canadien de la faune a confirmé un énoncé dans la pétition mentionnée ci-dessus à l’effet que « non seulement est-il légal d’utiliser la grenaille de plomb toxique pour la chasse à tous les autres types de gibier et pour les activités de tir en milieu sec, ce qui crée d’énormes problèmes de contamination et de mortalité, mais un pourcentage inconnu de chasseurs continuent d’utiliser la grenaille de plomb dans les régions où la loi l’interdit et courent peu de risques de se faire prendre ou de subir une sanction. » Les pénalités pour ces violations sont des amendes pouvant aller jusqu’à 200 $ à 300 $ seulement; ATTENDU que « des empoisonnements au plomb ont été rapportés chez au moins 37 espèces d’oiseaux en plus de la sauvagine », selon Vernon Thomas (Département de zoologie, Collège des sciences biologiques, Université de Guelph, Guelph, Ontario). « Le dépôt de plombs de chasse dans les champs et les boisés situés à proximité des champs de tir et la chasse intense en milieu sec ajoutent une énorme quantité de plomb dans l’environnement à l’échelle mondiale. On ne remédie pas à cette contamination en interdisant l’utilisation des plombs de chasse uniquement pour la chasse à la sauvagine. Les plombs se désintègrent en un temps extrêmement long, pendant lequel ils peuvent être ingérés directement du sol par les oiseaux sauvages ou le bétail, ou recueillis par la machinerie d’ensilage, et causer des empoisonnements graves pouvant être mortels. Les produits de la corrosion du plomb contaminent les sols, les eaux de surface et les eaux souterraines, générant des concentrations souvent supérieures aux taux permis. ATTENDU que le gouvernement est informé des problèmes énormes causés par le plomb, au-delà de l’empoisonnement de la sauvagine, et qu’il n’ignore pas que les solutions, pour ce qui est des munitions, des plombs de pêche et des turluttes, sont simples; ATTENDU que, à moins d’y être obligés par la loi, les fabricants, les vendeurs et les amateurs de chasse et de pêche ne réduiront pas, en règle générale, le contenu en plomb des turluttes et des plombs de pêche. Comme l’a dit le Dr Vernon Thomas : « L’approche conforme à l’éthique du Danemark et des Pays-Bas, qui ont interdit l’utilisation de la grenaille de plomb, est un précédent que les autres pays devraient adopter.

EN CONSÉQUENCE, IL EST RÉSOLU que Nature Canada demande au gouvernement fédéral :

  • D’adopter immédiatement une législation interdisant l’utilisation du plomb à tous niveaux de concentration dans la fabrication et la vente de tout type de munitions, de turluttes et de plombs de pêche;
  • D’adopter immédiatement une législation instaurant l’interdiction à l’échelle du Canada d’utiliser des munitions ainsi que des plombs et des turluttes qui contiennent du plomb.

IL EST ÉGALEMENT RÉSOLU que Nature Canada et le Réseau canadien de la nature recommandent à leurs membres et affiliés de militer en faveur de l’appui à cette résolution dans leurs milieux concernant l’interdiction des munitions ainsi que des plombs de pêche et des turluttes contenant du plomb.

Return to Annual General Meeting

Back to Top